Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
Total 0,00 €

Panier Commander

Langues fr | €

 

 

à mon propos...


Mon atelier se trouve dans un village d'Anjou. Marié et père de quatre enfants, j'ai peint des années, à temps perdu, sans être satisfait de mon travail, sans véritablement oser le montrer, sans véritablement faire le pas vers la peinture. photo de l'atelierLa poésie a longtemps occupé (et occupe encore) beaucoup de mon temps libre. Elle m'apprend la véritable densité des choses, son poids de patience et de souffrance, le langage de l'ombre et celui de la clarté. Sans lieu ni méthode, pressé de toute part, la peinture me paraissait alors trop lointaine, inaccessible. Seul le désir d'elle, brûlant, était à ma portée. Plus de vingt ans j'ai attendu que s'ouvre la porte... 

C'est au jour où je m'y attendais le moins que les choses ce sont agencées, presque à mon insu, pour que je puisse prendre l'acte de peindre vraiment au sérieux. Ce fut la création de ce petit atelier prévu dans des travaux d'agrandissement, la rencontre avec un véritable et excellent professeur (cela est si rare), et chose invraisemblable, la chance d'avoir, au moins pour un temps, du temps... Du temps pour apprendre, du temps pour travailler, du temps pour créer. En quelques mois, ce que j'avais attendu depuis presque toujours, ce que j'ai cherché à mettre en oeuvre de mille façons sans y parvenir, cette chose dont je ne cesse depuis de m'émerveiller m'était donnée ! La peinture prenait corps dans ma vie, dans les heures de ma vie, dans les murs de ma maison, dans les questions de mes enfants, dans le regard de ma femme, dans les encouragements de mes amis ! De cela, je ne suis pas encore revenu. Toutes proportions gardées, c'est un peu le cinquième de mes enfants, un cadeau inestimable dont je pressens qu'il n'a pas fini de me surprendre. 


Ce site que je dois à la bienveillance d'un ami est la continuité de ce chemin, une porte que j'ouvre à tous ceux qui auraient le désir de jeter un oeil sur mon travail, à inviter quelques oeuvres à venir vivre chez eux.

 

Frédéric Eymeri